Portrait en chiffres, en reportages vidéos et anecdotes historiques

Dans l’idéal, mieux que par des chiffres et des anecdotes, on rendrait hommage dans cette page, un par un, à celles et ceux qui, aujourd’hui comme par le passé, font ou ont fait, servent ou ont servi notre communauté, chacun à sa manière, avec éclat ou discrétion. Mais dans l’attente, sans pouvoir les nommer tous, on les remerciera cordialement de leur généreux engagement. Avec une pensée particulière pour ceux qui nous ont quitté trop tôt…

Chiffres d'aujourd'hui

Jou·eurs·euses

MEMBRES

Dont:

Jeunes: 79
79 jeunes 44%
Aînés: 33
33 aînés 18%
Féminines: 16
16 féminines 9%
Comitards: 10
10 comitards 6%

Jeunes < 21 ans
Aînés > 65 ans

Click-TT

Dans ce site

LICENCIÉ·E·S

Dont:

Jeunes: 33
33 jeunes 46%
Aînés: 5
5 aînés 7%
Féminines: 4
4 féminines 6%
En ligue nationale: 12
12 en ligue nationale 6%

Ligues nationales
A, B et C

Equipes

Ligues nationales et Coupes

Championnats genevois AGTT

  • Elite, 10 équipes:
    • 2 équipes de Ligue 1
    • 2 équipes de Ligue 2
    • 4 équipes de Ligue 3
    • 2 équipes de Ligue 4
  • Senior, 6 équipes:
    • 3 équipes en Ligue 2
    • 3 équipes en Ligue 3
  • Jeunesse, 4 équipes:
    • 2 équipes en Ligue 2
    • 2 équipes en Ligue 3

Reportages TV et presse

Sources:

Anecdotes d'autrefois

Pourquoi « ZZ » ?

Le CTT ZZ-Lancy est né d’une divergence de vues, de problèmes d’organisation, de compétences et de restrictions quant à l’accès aux ligues nationales au sein du club de tennis de table CTT Rapid-Genève.

Trois excellents joueurs de l’époque, Roger Boll, René Lorétan et André Steckler, quittèrent ce club et décidèrent d’en fonder un nouveau. Ils voulèrent le nommer « CTT Zizanie » pour évoquer la mésentente dont il était issu.

Par bienséance, le comité de l’Association Genevoise de Tennis de Table (AGTT) refusa l’appelation demandée et il n’en fut finalement gardé que les deux « Z ».

C’est ainsi que le « ZZ TTC » vit officiellement le jour le 1er août 1962.

De Carouge à Lancy en passant par Plainpalais et Les Grottes

En 1962

Sans local de jeu, le « ZZ TTC » passa d’abord de la rue de Carouge au club de Carouge où il fut accueilli le temps de monter en Ligue 1, d’ailleurs au détriment du club d’accueil et du club quitté !

Entre 1963 et 1965

Grâce au matériel de l’AGTT et du service des sports de la ville de Genève, il occupa les locaux du Pavillon des Sports, construit dans les annexes du Palais des Expositions.

Mais les conditions étaient difficiles. Pendant le Salon de l’Auto, par exemple, les joueurs devaient demander refuge chez leurs adversaires pour jouer leur matches « à domicile »…

En 1965

Fort d’une centaine de membres dont la moitié (répartis dans 24 équipes !) pratiquait la compétition, le club émigre à la rue du Midi, à l’ancien local du Silver Star Genève.

Mais là aussi, les conditions étaient précaires. Relatées par Bernard Correvon dans un écrit de 1982, on apprend ceci:

Obligation d’aller chercher le mazout, quand il y en a, dans un petit local dans la cour, et nécessité de chauffer au moins une heure avant les rencontres sous peine d’avoir juste chaud à la fin des matches. Un compteur à pré-paiement distribuait l’éclairage, pour autant que l’on ait pris la précaution d’apporter quelques pièces de vingt centimes, sinon il refusait toute lumière. Il arriva même plusieurs fois que l’obscurité surprenne des joueurs en plein effort au cours d’un match, ce qui faisait dire à certaines équipes adverses : – « Lorsque vous allez jouer à la rue du Midi, n’oubliez pas de prendre des allumettes, des pièces de quatre sous et un crayon pour remplir la feuille de match ».

En 1966

Grâce à l’aide efficace de la Commune de Lancy et à une importante subvention du Sport-Toto, les efforts du comité – constitué par René Lorétan, Roger Boll et Lucien Lacroix – sont récompensés. Le club peut enfin jouir d’un local bien à lui et devient dès lors le « ZZ-Lancy TTC ».

Situé au premier étage de la Ferme de Marignac jouxtant la piscine de Lancy, le local accueille quatre tables (cinq en cas d’affluence). Quelques radiateurs dispensent une maigre chaleur, pas de douches mais… un petit bar !

En 1973

Le vendredi 28 septembre 1973, Monsieur Babel, Maire de Lancy, remet officiellement les clés d’un tout nouveau local.

Situé dans l’Ecole En Sauvy, il correspond parfaitement à la pratique du tennis de table. Lors de son allocution le maire souligna combien la commune, généreuse et dynamique, comptait sur les membres du club pour développer ce sport auprès des jeunes de la région. Une journée mémorable, écrira à l’époque Jean Kress membre du comité d’alors.

Ces conditions, idéales, amenèrent le club à se développer sérieusement: ainsi, 10 ans plus tard, 160 membres (dont 60 licenciés) pratiquaient déjà notre sport dans ce que Bernard Correvon appelait à l’époque « le plus beau local permanent de Suisse » !

Il l’est d’autant plus aujourd’hui depuis les travaux de 2015 !

Source: Jean-Pierre Ladrey, Président d’honneur et vice-président